CLTD

  • Projet Informatique
  • Web Master
  • eCommerce
  • Blog Informatique
  • Table Ya Léo

Test CorelDraw Graphics Suite 2020 pour Mac: de l’IA et des outils de collaboration Last Stand

15 septembre 2017

La suite CorelDraw Graphics Suite 2020 pour Mac contient tous les outils professionnels d’illustration vectorielle, de mise en page, de retouche photo et de typographie dont vous avez besoin. Et les fonctions d’IA et de collaboration de cette dernière édition valent le détour.

La suite CorelDraw Graphics 2020 pour Mac mise beaucoup sur l'IA et sur la collaration. (Crédit Photo: Corel)
La suite CorelDraw Graphics 2020 pour Mac mise beaucoup sur l’IA et sur la collaration. (Crédit Photo: Corel)

Le logiciel d’illustration, de conception et de mise en page CorelDraw n’est pas très familier des utilisateurs Mac, et pour cause. Jusqu’à il y a quelques années, l’application n’était pas disponible sur les systèmes Apple, depuis que la version 11 a été lancée en 2001. Mais, ce n’est plus le cas depuis la version sortie au début de l’année 2019. CorelDraw Graphics Suite 2020 comprend l’éditeur d’images Corel Photo-Paint, ce qui lui permet de se démarquer de son rival de longue date Adobe Illustrator, mais aussi de Photoshop, très majoritaire sur macOS.

L’éditeur canadien Corel a retrouvé sa dynamique et propose un update plein de fonctionnalités basées sur l’intelligence artificielle, des options de partage collaboratif dans le cloud et une amélioration générale des performances. Ce ne sera sans doute pas suffisant pour casser l’emprise qu’exerce depuis longtemps Adobe sur la communauté créative Mac, mais cette évolution en vaut quand même la peine.

Collaboration dans le cloud

Pour ceux qui sont fatigués du modèle par abonnement, la bonne nouvelle est que CorelDraw Graphics Suite 2020 n’a pas (encore) abandonné les licences perpétuelles, de sorte que, pour 719 € TTC, les nouveaux utilisateurs peuvent continuer à utiliser le logiciel dans un avenir prévisible sans dépenser un centime. Curieusement, Corel a supprimé les mises à jour à prix réduit à partir des anciennes versions, ce qui laisse penser que les licences perpétuelles pourraient bientôt disparaître. Pour l’instant, les propriétaires de la version 2019 qui ne bénéficient pas de l’Upgrade Protection pour recevoir les mises à jour doivent soit payer le tarif plein pot pour obtenir la dernière version, soit passer à la formule par abonnement à 29,08 € TTC/mois sur une base mensuelle, soit 349 € TTC pour un an d’abonnement. Outre le fait de toujours disposer de la version la plus récente et la plus performante, la collaboration en ligne est un autre avantage de l’abonnement. Cette fonctionnalité de la version web de l’éditeur est également disponible sous forme d’add-on via un abonnement Pro distinct pour les utilisateurs perpétuels.

La très élégante CorelDraw.app permet de créer ou de modifier des illustrations à partir d’un navigateur web (Safari fonctionne, mais Chrome, Edge ou Firefox sont recommandés), mais les créatifs ont désormais la possibilité de partager leurs dessins avec d’autres, qui peuvent alors les annoter et les commenter à distance, un aspect important dans le contexte pandémique actuel. Même si le partage de fichiers est lancé depuis l’application CorelDraw à l’aide de l’inspecteur de Commentaires (Comments), le reste du processus de collaboration se déroule entièrement dans l’application web. A noter qu’il est également possible de télécharger les fichiers directement depuis son disque vers Corel Cloud, en contournant entièrement CorelDraw). Mais, ça donne l’impression d’une occasion manquée, car les outils de collaboration sont vraiment de bonne qualité. Les participants peuvent être configurés comme Sans Accès (No Access), Visionneur (Viewer), Modificateur (Reviewer) ou Valideur (Approver), et les destinataires de l’invitation ne sont pas obligés de créer un compte Corel. Les utilisateurs peuvent se connecter via un compte Microsoft et Google Suite, ou à partir d’un lien de connexion par courriel envoyé par l’autre participant. Les commentaires et les réponses apparaissent instantanément, tandis que les outils d’annotation fournis sont plus que suffisants pour avancer dans le travail.

Tracer un chemin

La véritable particularité de CorelDraw Graphics Suite 2020 ne réside pas dans une fonctionnalité spécifique, mais plutôt dans la manière dont l’intelligence artificielle a été mise en œuvre dans plusieurs services. La première concerne le rééchantillonnage d’images à faible résolution : cette fonction utilise désormais l’IA et l’apprentissage machine pour, par exemple, réduire ou supprimer entièrement les artefacts des fichiers JPEG ayant trop de bruit. Le rééchantillonnage fonctionne à la fois dans le logiciel Corel Photo-Paint et directement sur les images bitmap dans CorelDraw. Sélectionnez une image placée, puis choisissez Rééchantillonner dans le menu. Il existe deux modes par défaut (bicubique et plus proche voisin), mais après avoir augmenté manuellement la résolution du fichier jusqu’à la quantité souhaitée, une série d’options supplémentaires apparaît, Illustration et Photoréaliste. Choisissez celle qui décrit le mieux votre image, et un curseur optionnel de réduction du bruit apparaît. Même si le rééchantillonnage ne peut pas ajouter des détails qui n’existent pas autrement, il apporte une amélioration notable, en transformant des images de basse résolution inutilisables, en image utilisable.

Avec le nouveau rééchantillonnage alimenté par l’IA, on remarque une différence considérable lors de la conversion d’images bitmap en illustrations vectorielles. (Crédit : Corel)

Les résultats sont bien plus spectaculaires quand il s’agit de convertir des images bitmap en vectoriel avec PowerTrace, une application autrefois autonome mais désormais intégrée à la commande Trace Bitmap située dans la barre de propriétés de CorelDraw. Le processus prend un peu plus de temps avant d’afficher les aperçus Avant et Après côte à côte, en particulier lors des ajustements de rééchantillonnage – mais la plupart des bitmaps que nous avons convertis en illustrations avaient des détails beaucoup plus fins et étaient prêts à être utilisés sans autre nettoyage.

L’IA permet aussi une autre catégorie d’effets appelée Style artistique (Art Style), qui modifient l’apparence d’une image ou d’un objet sélectionné. Elle permet de voir à quoi ressemble son travail dans un style complètement différent. Sous Effets> Créatif > Style artistique, vous trouverez 17 préréglages actionnables en un clic, dont Sienna, Post-impressionniste et Acrylique saturé, chacun avec trois niveaux de détail et une option pour ajuster l’intensité. Ces préréglages sont vraiment sympathiques, mais beaucoup d’entre eux prennent jusqu’à 30 secondes avant d’afficher un aperçu, ce qui crée une confusion momentanée puisqu’il n’y a pas de retour visuel d’information sur ce qui se passe.

Support des caractères variables

CorelDraw Graphics Suite 2020 s’est enrichie de la prise en charge des polices variables OpenType, ce qui permet d’avoir plus de contrôle sur la taille, la largeur, les empattements et autres attributs de la police. Dans le meilleur des cas, les polices variables permettent d’économiser de l’espace disque puisqu’une seule police peut être manipulée dans une variété de styles différents. Même si l’implémentation de ces polices est réussie, les polices variables ne sont actuellement pas aussi utiles qu’elles en ont l’air. Nombre des polices prises en charge que j’ai installées à l’aide du Corel Font Manager 2020 fourni n’étaient tout simplement pas beaucoup mieux que les polices traditionnelles, certaines étant limitées au seul contrôle de la largeur. (Cependant, Font Manager lui-même est une aubaine, car sans commune mesure avec l’utilitaire Font Book très basique fournit par Apple avec macOS).

Il convient également de noter les améliorations apportées à l’inspecteur Chercher et Remplacer (Find and Replace), à l’exportation PDF et à la manière dont CorelDraw gère les listes de paragraphes, qui peuvent désormais comprendre des sous-niveaux personnalisables de texte à puces et numéroté. Le Photo-Paint inclus avec la suite – il fait beaucoup de choses mais n’est pas encore un concurrent à la hauteur de Photoshop – a été enrichi d’effets non destructifs et d’un outil de Masquage Sélectif Intelligent (Smart Selection Mask), qui permet de sélectionner très facilement les parties d’une image que vous souhaitez conserver.

CorelDraw prend désormais en charge les polices variables, mais tous les styles de caractères ne permettent pas d’effectuer tous les ajustements nécessaires. (Crédit : Corel)

Grâce à la prise en charge native des fonctions Sidecar, Touch Bar et Mode Sombre (Dark Mode), Corel a fait un bon travail pour que les utilisateurs Mac se sentent à l’aise dans sa suite graphique. La dernière version améliore les délais de lancement des applications et les performances globales, une optimisation à mettre au crédit du GPU selon l’éditeur, mais il reste encore des améliorations à apporter. Même si la version CorelDraw pour les Mac Intel, fonctionne assez bien sous Rosetta 2 sur un MacBook Pro équipé d’une puce M1, j’ai rencontré quelques plantages lors du lancement.

Conclusion

CorelDraw Graphics Suite 2020 semble une bonne affaire par rapport à l’approche fourre-tout de Creative Cloud, surtout pour les concepteurs et les illustrateurs qui n’ont pas besoin des outils vidéo, web et médias sociaux d’Adobe. Les fonctionnalités et les améliorations apportées depuis la relance du Mac en 2019 font que cette mise à jour est incontournable pour les utilisateurs ayant déjà adopté l’écosystème Corel. Et pour les autres, c’est le meilleur moment de franchir le pas.

1 like
previous post next post

Leave a comment

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Politique relative aux cookies